Il y a quatre ans que Saint Ignace organise une journée culturelle et sportive. C’est un jour de sport, de fraternisation, de présentation culturelle. Cette année ce jour est célébrée le 13 octobre 2018. C’est un samedi. Nous prions qu’il ne pleuve pas surtout que la météo nous dit que cette période de la semaine, surtout le 13 octobre des pluies torrentielles tomberont ! Heureusement tout commence sans nuage qui fait peur !

A 7h30, le sport de masse commence –du jogging pour tous les élèves de la quatrième année primaire en sixième année secondaire, avec les enseignants, les parents. Ce jogging ne dure pas plus de trente minutes pour ceux et celles qui s’y donnent. Les petits enfants de première en troisième année avec leurs enseignants et les parents qui ne peuvent pas se donner au jogging restent à l’école pour un peu de gym tonique. Tout le monde est occupé pour ainsi dire.

Tant de sueurs, tant d’amusement. Quand ces sports de masse prennent fin, vient alors le temps de relaxer les muscles. Cela est suivi des jeux d’équipes qui opposent d’abord en football –sur un nouveau terrain en sable ou Beach soccer –les élèves de cinquième année contre ceux de la sixième année primaire. Ce match se termine sur un score d’un but à zéro en faveur des élèves de sixième. Viennent alors deux autres matchs en parallèles –football des parents et enseignants contre les élèves du secondaire d’une part et un match de basketball des mamans des élèves contre leurs filles ! Le match de football se termine sur un score de deux buts à zéro en faveur des garçons du secondaire, et les filles battent leurs mamans. Entre temps, d’autres jeux d’amusement prennent place pour les petits enfants –des jeux connus comme AGATI et AGATAMBARO.

Des sports et des sports. Cette fois si il n’y a pas de jeu de volleyball ! Voyant que les garçons du secondaire mettent à bas leurs parents en football, ces derniers se vengent en basketball en battant leurs fils sur un score trop serré : 21-20. Ma joie est de voir les vieux dribler en basketball. Je parle des parents qui font du comeback comme on dit   dans le langage sportif.

La tradition de la journée nous dit qu’il faut visiter les objets de créativité et d’innovation de nos enfants. Ce temps est quelques fois long et autres fois court. Ce samedi le 13 octobre 2018, ce temps est relativement court. Le ciel menace mais nous sentons qu’il ne va pas pleuvoir avant la fin des cérémonies. Nous visitons les objets faits par les enfants de deux écoles –primaire et secondaire. Nous nous rendons compte que nos élèves ont des talents divers. L’éducation doit éveiller ces talents.

La partie tant attendue par beaucoup est celle communément appelée partie culturelle. Des danses, des contes, des chansons. Tout commence par une mélodie bien rythmée des tambourinaires. Suit alors une danse des élèves du primaire qui accueillent l’assemblée avec des danses bien maitrisées. Un élève du secondaire vient clamer son poème et il est suivi d’autres élèves du secondaire qui nous font revivre les chansons anciennes communément appelées KARAHANYUZE.

Les élèves de cinquième année primaire nous racontent une histoire de chasse qui se termine sur une leçon de réconciliation qui doit commencer par les plus petits. Et c’est la leçon qui sonne bien à nos oreilles.

Pour finir, la pluie qu’on craignait avant la ‘fête’ est tombée assez abondamment le soir ! Et tout était déjà fini. Vive le temps partagé.